En savoir +

JAMBES LEGERES 

Touchant près d’1 Français sur 3 et plus particulièrement les femmes, la sensation de “jambes fatiguées” est l’un des troubles circulatoires le plus répandu.

Définition :
Les jambes fatiguées se caractérisent par une dilatation des veines et une difficulté du sang à remonter vers le coeur. Ce qui engendre une certaine fragilité des parois des veines, un mauvais retour veineux et par conséquent, une gêne quotidienne voire même parfois une douleur dans les jambes. Si ce phénomène n'est pas grave, il est néanmoins fréquent chez les femmes et peut altérer la qualité de vie. D'où la nécessité de consulter un spécialiste dès les premières sensations de lourdeur. A noter aussi que cette insuffisance veineuse concerne majoritairement les femmes (10 millions de Françaises), à cause des facteurs hormonaux, génétiques et parfois alimentaires (liés à la prise de poids).
Causes :
Plusieurs facteurs favorisent l’apparition de ce trouble:
- station debout prolongée,
- surcharge pondérale,
- âge : les troubles apparaissent généralement vers 40 ans mais les jeunes (15-24 ans) sont de plus en plus concernés,
- sexe féminin (les femmes sont plus touchées que les hommes),
- grossesse,
- ménopause,
- exposition à la chaleur,
- sédentarité mais aussi pratique de certains sports (course à pieds, tennis…),
- port de vêtements trop serrés et de talons hauts,
- hérédité,
- alimentation déséquilibrée…

Symptômes :
La sensation de jambes fatiguées se ressent au niveau des 2 jambes. Elle s’accompagne d’une dilatation des veines et est généralement le premier signe de l’insuffisance veineuse. Elle peut évoluer vers l’apparition de varices voire d’un ulcère. D’autres symptômes peuvent accompagner cette pathologie :
- paresthésies (fourmillements et picotements),
- crampes musculaires,
- œdème et augmentation du volume des chevilles,
- téléangiectasies…

Conseils pratiques :                                                                                                   
La progression de la maladie veineuse peut être limitée par des conseils simples de prévention. Tout d’abord, quelques conseils d’hygiène de vie peuvent être donnés:
- éviter les stations debout prolongées,
- ne pas croiser les jambes lorsqu’on est assis,
- ne pas porter de vêtements trop serrés (jeans),
- ne pas exposer les jambes à une chaleur trop forte (épilation à la cire chaude, chauffage au sol…), 
- terminer la douche ou le bain par un jet d’eau froide de la pointe des pieds aux cuisses,
- surélever les jambes pour la nuit,
- pratiquer des sports « doux » : natation, vélo, marche soutenue.
D’autre part, le port de collants, bas ou chaussettes de contention veineuse lors de « périodes à risque » (grossesse, chaleur, voyage en avion, station debout prolongée) limite considérablement l’apparition de symptômes. 

Découvrez les cures d'ELIXIR ABBE PERDRIGEON®, solution buvable pour votre bien-être circulatoire.  

 

 

BLEUS, BOSSES, ECCHYMOSES

Définition :

Les bleus sont le signe visible d'un épanchement de sang sous la peau, souvent dus à un coup. C'est le sang qui infiltre les tissus et provoque la coloration, la légère enflure et parfois même la douleur au contact. Les ecchymoses sont tout d'abord rouges puis bleues, elles deviendront verdâtres puis jaunes au fur et à mesure de leur évolution : plus elles se résorbent, plus les composants du sang se dégradent.

Causes :

  • Traumatismes. Un traumatisme cause presque toujours une ecchymose. Et si le coup a été violent (comme un coup de bâton de baseball sur une jambe), l'hémorragie peut se faire à la fois à la surface de la peau et à l'intérieur de la jambe, causant simultanément une ecchymose et un hématome.
  • Médicaments. Avec les années, la cortisone amincit la peau, la rendant plus vulnérable aux ecchymoses. De plus, les gens qui prennent de l'aspirine, des anticoagulants, des anti-inflammatoires ou de la cortisone par voie orale ou par inhalateur sont plus susceptibles de faire des ecchymoses. Pourquoi ? Parce que ces médicaments nuisent au bon fonctionnement des plaquettes sanguines.

Conseils pratiques :

  • Mettre de la glace. Si vous vous êtes fait mal, appliquez vite de la glace afin d'éviter l'enflure et d'arrêter l'hémorragie. Gardez la glace une quinzaine de minutes. À répéter plusieurs fois dans la journée.
  • Après le froid, opter pour la chaleur. Quarante-huit heures après le traumatisme, vous pouvez mettre des compresses d'eau tiède sur la blessure pour dilater les vaisseaux sanguins et améliorer la circulation sanguine. A faire plusieurs fois par jour et 20 minutes chaque fois.
  • Garder le membre élevé. Afin d'éviter que le sang ne se répande dans les tissus avoisinants, surélevez le membre atteint aussi souvent et aussi longtemps que possible. Cela aidera également à drainer le sang et à prévenir l'ecchymose.
  • Éviter de bander l'ecchymose ou l'hématome. Cela ne servira qu'à augmenter la pression locale ; le sang fusera alors plus loin sous la peau.
  • Ne pas prendre n'importe quel médicament.
  • Camoufler l'ecchymose. Un peu de fond de teint fera des merveilles pour dissimuler une ecchymose.
  • Des suppléments de vitamine C. Si vous êtes sujet aux bleus, un supplément de vitamine C en comprimés favorisera la fabrication de collagène (protéine qui renforce les tissus de la peau). Des doses de 500 mg, trois fois par jour, sont indiquées.

 Tester l'efficacité sur les bleus du CONTRE-COUPS® gel de l'Abbé Perdrigeon.

 

 

TROUBLES DIGESTIFS

 Définition :

Nombreuses sont les manifestations des troubles digestifs : ballonnements, douleurs plus ou moins fortes au niveau de l'estomac ou des intestins, sensation d'avoir du mal à digérer, brûlures d'estomac, constipation et/ou diarrhées. Lorsque ceux-ci surviennent brutalement, sont particulièrement gênants, ou durent longtemps, il faut avant tout consulter son médecin. La plupart du temps, il s'agit heureusement d'affections bénignes, même si elles sont gênantes.

Causes :

L'appareil digestif est particulièrement riche en fibres nerveuses, d'où le qualificatif de "second cerveau" qu'on lui attribue souvent. En effet, tout le système digestif est soumis au système nerveux végétatif qui échappe totalement à la volonté et à la conscience. Ce système est composé de deux sortes de fibres : les sympathiques qui diminuent l'activité du système digestif et les parasympathiques qui exercent l'effet contraire. Elles agissent en même temps, les unes prenant parfois le pas sur les autres. Par exemple, les fibres nerveuses para sympathiques activent l'acidité de l'estomac tandis que les sympathiques la freinent. Il suffit que les premières, pour diverses raisons, s'agitent plus que les secondes pour que l'on éprouve des brûlures d'estomac, trouble digestif fréquent surtout chez les personnes stressées.
C'est pourquoi le psychisme a une énorme influence dans bien des troubles digestifs. L'estomac "noué", une diarrhée ou même des vomissements peuvent être déclenchés par une émotion intense ou une crise d'angoisse, et même chez certaines personnes particulièrement sensibles, par le trac avant une compétition ou un examen ou même une réunion de travail. Les
dyspepsies, les colopathies fonctionnelles et la constipation qui sont les troubles digestifs les plus fréquents sont souvent liées à des facteurs psychologiques, même si l'alimentation y joue son rôle.

Conseils pratiques :

La première chose consiste à modifier le contenu de votre assiette.

  • Augmentez votre consommation de fruits et légumes cuits. En apportant beaucoup d'eau, ces aliments facilitent naturellement le transit. Et s'ils sont cuits, la fermentation intestinale est moindre, d'où moins de ballonnements.
  • Augmentez la part des fibres alimentaires : mangez davantage de pain, de céréales et de féculents complets. Évitez ce qui est trop raffiné comme le pain blanc. Les fibres retiennent l'eau, augmentent le volume des selles et accélèrent ainsi le transit.
  • Diminuer la part des graisses saturées : plats cuisinés, en sauce, fritures, mais aussi, viennoiseries, gâteaux industriels, etc. Ces graisses ralentissent l'assimilation des aliments et donc la digestion.

Deuxième étape : la boisson

  • Chaque jour : 1,5 litre d'eau. Mais attention aux boissons sucrées. En revanche, pour vous aider, vous pouvez recourir aux infusions, certaines plantes possèdent des qualités digestives.

Troisième étape : bouger

  • La sédentarité favorise aussi gonflement, ballonnements et constipation. En effet, le manque d'activité physique entraîne un relâchement abdominal. Il est donc indispensable de marcher tous les jours, aussi souvent que possible et d'exercer une activité sportive régulière.

Quatrième étape : déstressez

  • Toujours pressé et stressé, il n'est pas facile de mener de front vie familiale et professionnelle. Il faut cependant réussir à évacuer le stress. Le sport peut aider, ainsi que d'autres activités comme le yoga ou la relaxation. La qualité et le temps de sommeil sont aussi essentiels.
    Et enfin, transformez les repas en moments privilégiés. Qu'il s'agisse du déjeuner ou du dîner, prenez votre temps, asseyez-vous et appréciez dans le calme les aliments tout en analysant vos
    sensations de faim et de satiété.

Découvrez les bienfaits digestifs de la MELISSINE®, eau de mélisse des Carmes.

 

 

ARTHROSE  

Définition : 

L'arthrose est la plus fréquente des maladies articulaires. Elle touche près de 9 millions de Français, dont plus de la moitié ont plus de 50 ans. Ainsi, après l'âge de 75 ans, il devient même exceptionnel de ne pas en souffrir. 

L'arthrose est un rhumatisme lié à l'usure du cartilage articulaire, favorisée par le vieillissement des articulations. Environ quatre millions de Français sont concernés par cette maladie, qui touche le plus souvent la colonne vertébrale, la hanche, le genou et les doigts. La douleur en est dans la plupart des cas le principal symptôme et également le premier à apparaître.

Causes :

Le cartilage recouvrant les os qui composent une articulation est soumis à des phénomènes d'érosion qui, à l'état normal, sont compensés par des phénomènes de construction. Avec l'âge, cet équilibre n'est plus assuré et si l'érosion devient trop importante, le cartilage articulaire s'abîme et s'use. Résultat : lorsqu'elles sont sollicitées, les surfaces articulaires glissent mal les unes par rapport aux autres et une douleur apparaît, à la mobilisation de l'articulation. Il s'agit d'une douleur de type « mécanique », c'est à dire qu'elle augmente lors d'une activité physique et qu'elle diminue au repos. Elle s'accompagne d'un enraidissement de l'articulation, celle-ci devient plus difficile à mobiliser. Le patient est de plus en plus gêné dans sa vie quotidienne. Une inflammation locale, touchant la synoviale, peut également entraîner une douleur, on parle de « poussée congestive ».

Conseils pratiques :

 Bouger, c'est tout bénéfice, si l'on garde quelques règles de bon sens. Rien ou presque n'est interdit, dès lors que cela ne provoque ni douleur, ni épanchement. Vous souffrez d'arthrose de hanche ? Le vélo en terrain plat ou d'appartement est tout indiqué. Il permet de gagner en amplitude articulaire. Vous souffrez d'arthrose du genou ? Laissez le vélo de côté (qui met en conflit fémur et rotule) et choisissez les exercices en piscine et pourquoi pas l'aquagym, très conviviale. Attention toutefois à ne pas nager la brasse. De toute façon, pratiquez régulièrement une activité physique. Elle permet entre autre de maîtriser la masse grasse. N'oublions pas que la surcharge pondérale est un facteur de risque, mais aussi un facteur aggravant. En effet, un genou touché par l'arthrose signifie 50% de risques de voir le deuxième atteint dans les 2 ans. Perdre du poids, c'est soulager le genou touché et prévenir l'atteinte du deuxième… Si le médecin vous la prescrit, la kinésithérapie peut beaucoup apporter. Elle vise à augmenter l'amplitude du mouvement et à lutter contre les mauvaises positions. Elle renforce les muscles par la réalisation de mouvements de contraction, mais jamais contre résistance (poids, poulies). Comme pour toute activité, la règle absolue est que les exercices ne doivent jamais être douloureux.

Essayez MELIFLEX®, à base de curcuma pour retrouver un confort articulaire, complément alimentaire à base de plantes !

 

  

FATIGUE, MANQUE D'ENERGIE

Définition : 

La fatigue est une réponse de l'organisme à une dépense excessive d'énergie. Elle est le plus souvent due à de mauvaises habitudes de vie ou à des troubles psychologiques.

Causes :

Mauvaises habitudes de vie

  • mauvaises habitudes alimentaires;
  • manque d'exercice physique ;
  • manque de sommeil (décalage horaire, quarts de travail, etc) ;
  • abus de substances stimulantes, telles que café, tabac, alcool, drogues.

Excès de travail

Troubles psychologiques

Médicaments

Maladies physiques

  • anémie, diabète, arthrite, hypothyroïdie, infection

Conseils pratiques :

  • Avoir une alimentation saine et variée
  • Prendre trois repas par jour
  • Éviter les régimes stricts
  • Ne pas consommer d'aliments trop gras ni trop sucrés
  • Ne pas consommer de café et d'alcool de façon excessive et éviter le tabagisme
  • Éviter les drogues
  • Ne pas abuser des médicaments
  • Faire de l'exercice physique
  • Dormir suffisamment
  • Ne pas consacrer toute son énergie à son travail
  • Pratiquer une certaine forme de relaxation
  • Se réserver du temps pour les loisirs
  • Savoir reconnaître ses limites.

Retrouvez votre énergie avec MELITONUS®, à base d'Acérola, vitamine C naturelle !  

 

  

TROUBLES DU SOMMEIL

Définition : 

L’insomnie est un problème qui touche plus de 10 % de la population adulte. Elle se traduit par une diminution de la quantité et de la qualité du sommeil (difficultés d'endormissement, éveils nocturnes, réveil précoce le matin…). Le sommeil est alors vécu comme non reposant. La journée s’accompagne de fatigue, de somnolence et l’insomniaque est souvent irritable.

Causes :

Les causes de l’insomnie sont nombreuses. Des problèmes d’hygiène de vie peuvent être à l’origine de ces difficultés à s’endormir. Ainsi, la consommation abusive d’excitants (café, thé, alcool, tabac) ou le fait de manger trop ou pas assez le soir peuvent être responsables des difficultés à trouver le sommeil. Le manque d’activité physique ou au contraire une activité physique trop intense peuvent également être en cause. L’insomnie peut aussi être associée à certaines maladies organiques (asthme, ulcère...) ou à la prise de médicaments excitants (cortisone, bêta bloquants...) qui perturbent le sommeil. Il ne faut pas oublier des causes tout simplement liées à l’environnement : chambre bruyante ou trop lumineuse, sommier ou matelas de mauvaise qualité…L’insomnie peut parfois avoir une cause organique, telle que le syndrome des jambes sans repos ou l’apnée du sommeil.Dans un grand nombre de cas, l’insomnie est en fait liée à des causes psychologiques. Elle est souvent liée à un épisode traumatisant (opération chirurgicale, accouchement…) qui, bien que passé, a laissé une angoisse de la nuit blanche. Dès que la personne se couche, les systèmes d’éveil sont activés, empêchant l’endormissement

Conseils pratiques :

  • La dimension psychologique : l'anxiété et le changement sont deux ennemis du sommeil. Ne laissez pas vos ennuis vous accompagner sous la couette. Tous les moyens sont bons pour les abandonner au pied du lit : lecture, tisane, méditation... Quelle que soit la solution que vous retenez, ménagez-vous un moment de relaxation d'une trentaine de minutes minimum pour calmer votre esprit et votre corps et ce, juste avant de vous coucher.
  • L'alimentation : le soir, bannissez les excitants comme le café, le thé, les sodas et l'alcool si vous avez le sommeil léger.
    Mangez léger et ne vous couchez pas tout de suite après le repas. Attention, sauter le dîner peut aussi entraîner des problèmes d'insomnie. Variez votre alimentation pour ne pas souffrir de carences en vitamines B, en calcium et en magnésium, qui peuvent causer des troubles du sommeil.
    Mangez des yaourts : les produits laitiers contiennent en effet du tryptophane. C'est la substance à partir de laquelle se fabrique la sérotonine, aussi appelée hormone du sommeil.                                                                             
  • L'hygiène de vie : arrêter de fumer est une solution efficace. Le lien entre tabagisme et troubles du sommeil a récemment été établi. Pratiquer une activité physique durant la journée améliore en outre la qualité de vos nuits. La marche à pied ou le yoga fonctionnent aussi.
  • Une chambre idéale pour bien dormir : faites de votre chambre un lieu propice au sommeil :
    - évitez les bruits et la lumière ;
    - maintenez la température entre 18 et 19 °C ;
    - aérez bien ;                             
    - éliminez les allergènes (poils de chat, poussière, pollen, acariens, etc.). On veillera ainsi à nettoyer son matelas régulièrement.  Votre lit doit être adapté à votre taille et à votre poids. Le matelas doit être ferme mais pas trop dur et en bon état.                 
  •  Les horaires et le cycle du sommeil  : tâchez de respecter vos horaires et vos habitudes afin de ne pas bouleverser votre horloge biologique. Le sommeil est routinier et tout changement peut avoir des effets négatifs.
    Le sommeil est divisé en cycles de 90 minutes. Essayez donc de vous endormir quand vous en ressentez le besoin : c'est à ce moment-là que votre cycle sommeil commence. Enfin, si vous souffrez d'insomnie, ne faites pas de sieste
    car vous risquez de décaler le sommeil de votre nuit.

Essayez PHYTONEUROL®, solution naturelle à vos troubles du sommeil !   

 

  

 LE RHUME

Définition :

Le rhume est une maladie virale de voies respiratoires, très fréquente en hiver. Il est causé par un virus qui se déplace assez facilement d’une personne à une autre. Le rythme de vie en hiver (métro, bus, fréquentation d’endroits surpeuplés) favorise le passage du virus d’une personne malade à une personne en bonne santé.

 

Causes :

La température chute, l'air devient humide et, coquetterie oblige, on fait l'impasse sur le bonnet ou la casquette. Dans les transports et l'ascenseur, on côtoie chaque jour des dizaines de personnes enrhumées. Sans oublier les petits-enfants, qui rapportent toutes les infections qui circulent à leur école... Résultat, l'organisme affaibli par le froid résiste moins bien aux quelques 200 virus du rhume existant dans la nature. Si bien que l'un d'eux parvient toujours à se faufiler et à s'incruster dans la muqueuse nasale. Là, tout s'enchaîne très vite. Le rhume est causé par un virus. Les antibiotiques n’ont pas d’effets sur le virus.

Conseils pratiques :

  • Lavez-vous les mains aussi souvent que possible et après vous être mouché (dans un mouchoir jetable) à l'eau tiède et au savon
  • Evitez de toucher votre nez et vos yeux
  • Buvez beaucoup d'eau
  • Hydratez votre muqueuse nasale en pulvérisant du sérum physiologique ou de l'eau de mer
  • Reposez-vous le plus possible
  • Faites une cure de vitamine C, prenez MELITONUS
  • Utilisez certaines huiles essentielles dont les propriétés locales antiseptiques sur les voies aériennes supérieures favorisent le bien-être respiratoire.

Testez, le spray MELIRHUME®subtil mélange de 9 huiles essentielles rigoureusement sélectionnées pour favoriser le bien-être des voies respiratoires et assainir l’atmosphère.

 

  

 MINCEUR

Définition :

Kilos superflus ou imaginaires, coquetterie pour coller à la mode ou vrai surpoids, il est souvent difficile d’avoir un rapport sain et équilibré avec sa ligne et donc, son image. Pourtant, à chaque problème, sa solution ! Reste à savoir laquelle est la plus adaptée…Une bonne hygiène de vie, un régime simple et un peu d’exercice suffisent souvent.

 Causes :

  • Les fringales qui vous poussent à avaler rapidement n'importe quoi mais le plus souvent quelque chose de sucré, déséquilibrent votre alimentation et vous font prendre des kilos.
  • Parce que l'on absorbe une nourriture trop grasse, or, ce sont les lipides (gras) qui se stockent presque immédiatement.
  • Parce que l'on boit trop de boissons sucrées et on grignote trop de produits sucrés.
  • Or, le sucre appelle le sucre : plus on en consomme, plus on a envie d'en consommer.
  • Et surtout parce que l'on mange n'importe où, n'importe comment, sans percevoir les sensations liées à l'acte alimentaire.
  • Quand on a l'habitude de manger vite, on n'a pas le temps de faire attention à ses sensations et ainsi on ne laisse pas le temps à son cerveau de procéder aux enregistrements et d'installer peu à peu la satiété.

Conseils pratiques :

  • Prenez le temps de bien mâcher chaque bouchée.
  • Cuisiner léger. Jeter le gras du récipient après avoir fait revenir des aliments et poursuivre ainsi la cuisson. . Dégraisser les viandes avant ou après cuisson. . Cuire les légumes à l'étouffée dans leur eau de constitution, sans gras.
  • Boire de l'eau : c'est elle qui désaltère le mieux.
  • Consommer des desserts maison plutôt que ceux du commerce.
  • Faire attention à ce que l'on mange sans être distrait par autre chose : télé, conflits à table.
  • Consacrer au moins 20 minutes à chaque repas. . Ne pas avaler une bouchée si elle n'est pas devenue moelleuse, presque liquide.
  • Combiner aliments mous et aliments durs.
  • Consommer des légumes à chaque repas.
  • Se servir des petites portions.
  • Faire de l'exercice physique.

Vos alliés MINCEUR, MELIMINCEUR® BRULEUR DE GRAISSES associé à MELIMICEUR® DRAINEUR pour éliminer les toxines et restez en forme !

 

 

 

MAINS ABIMEES  

Définition : 

Les mains sont en première ligne, soumises quotidiennement aux agressions extérieures. Plusieurs facteurs les fragilisent et en accélérent le vieillissement cutané : le froid, le soleil et l'utilisation de produits chimiques.

Causes :

  • La peau des mains est extrêmement fine et fragile. Naturellement sèche, elle contient peu de glandes sébacées (glandes qui favorisent la production du film protecteur naturel) et rend donc les mains plus vulnérables.
  • L'épiderme des mains est peu hydraté La synthèse des facteurs hydratants naturels y est peu importante (4 à 5 fois inférieure par rapport au visage). Cela entraîne une déshydratation quasi continuelle qui nécessite l'utilisation de produits capables de compenser ce manque et de stopper par conséquent l'accélération du vieillissement des mains.
  • Les facteurs d'accélération du vieillissement des mains sont : le froid, les produits ménagers, le soleil

Conseils pratiques :

  • 2 minutes pour les nettoyer avec une mini-brosse et du savon, frottez vos mains, paumes et ongles, afin de stimuler la microcirculation et détacher les petites peaux mortes.
  • 3 minutes pour les masser après chaque lavage, pensez à les hydrater en les massant voluptueusement.
  • 5 minutes pour les soigner lorsqu'elles sont abîmées, vos mains ont besoin d'un traitement de faveur appliquer une bonne crème sur les doigts et sur les paumes.
    Enfilez des gants en coton doux et gainants qui, comme un pansement, favorisent la pénétration des actifs dans l'épiderme.

Découvrez ALOETONIC® soin des mains à l'Aloe vera bio, une texture généreuse, régénerante non grasse, qui nourrit parfaitement vos mains abîmées.

 

 

 

HUILES ESSENTIELLES : les précautions d'emploi 

Les précautions d'emploi :

Les huiles essentielles sont des substances très actives, dont l’utilisation réclame certaines précautions :

  • N’utilisez jamais d’huiles essentielles chez la femme enceinte et allaitante.
  • Chez les enfants < 7ans, le conseil de votre pharmacien ou de votre médecin est impératif.
  • N’utilisez pas les huiles essentielles chez l’asthmatique et l’épileptique (sauf avis formel de votre médecin).
  • Signalez toutes pathologies et traitement médicamenteux à votre pharmacien ou à votre médecin.
  • Ne pas laisser les flacons à la portée des enfants.
  • En cas d’allergie, effectuer au préalable un test de tolérance cutané (déposer une goutte sur la peau).
  • Ne jamais appliquer d’huiles essentielles dans les yeux, sur les paupières et le conduit auditif.
  • Appliquez uniquement sur avis médical au niveau des zones anogénitales et dans le nez.
  • Ne jamais injecter par voie intraveineuse ou intramusculaire.
  • En cas d’absorption ou d’application accidentelle, diluez avec une huile végétale (olive, tournesol…) et appelez les urgences.
  • Ne diffusez jamais les huiles essentielles en continu, en présence d’asthmatique ou d’enfant < à 7 ans.
  • Pas de prise d’huile essentielle en continu, 3 semaines de traitement maximum sans avis médical.
  • Utilisez uniquement des huiles essentielles pharmaceutiques 100 % pures et naturelles.
  • Respectez strictement les voies d’administration, les doses prescrites et les contre-indications propres à chaque huile essentielle.
  • Demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin en aromathérapie.

Petite revue des précautions d'usage :

Respecter scrupuleusement la dilution recommandée, ne pas l'augmenter de son propre chef. Ne jamais ingérer ou appliquer sur la peau une huile essentielle sans la diluer au préalable. Acheter des huiles 100% naturelles et pures. Respecter la date de péremption figurant sur le flacon. Eviter tout contact avec les yeux. En cas de projection accidentelle dans les yeux, rincer immédiatement et abondamment avec une huile végétale (tournesol, olive), jamais avec de l'eau car les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l'eau. Faire de même en cas de réaction sur la peau (par exemple si surdosage, si réaction cutanée avec une huile caustique qui peut provoquer une brûlure, si sensibilité particulière). En cas d'ingestion massive, contacter le centre anti-poison. Demander l'avis d'un spécialiste revendeur, d'un médecin ou d'un pharmacien est recommandé.

 

 

LA DIFFUSION D'HUILES ESSENTIELLES

Les huiles essentielles sont, par nature, odorantes. Rien de plus logique dès lors que de les diffuser et de profiter de leurs parfums. La diffusion vous permet de créer des ambiances olfactives calmantes ou vivifiantes, aux senteurs tantôt florales ou tantôt boisées... au gré de vos envies.

La diffusion atmosphérique est un moyen facilement accessible de réunir plusieurs agréments : un air agréablement parfumé ou désodorisé, une première protection contre les infections, et l’utilisation non polluante de produits naturels.

Comment diffuser les Huiles Essentielles ? 

Le diffuseur électrique est  probablement le meilleur moyen pour diffuser les huiles essentielles. Composé d'un moteur qui propulse de l'air dans la verrerie, ce mécanisme permet de diffuser efficacement sans chauffer. L'air propulsé dans la tubulure projette l'huile essentielle contre la verrerie, se crée alors un nuage de micro-gouttelettes qui disperse dans toute la pièce.

Un diffuseur est utilisé principalement pour parfumer, assainir, désinfecter, et apporter certaines vertus particulières des huiles ou mélanges pour diffuseur (calme, concentration, énergie, relaxation, décongestion, fraîcheur, enthousiasme, etc.). La durée de diffusion et le débit adopté dépendent entièrement de la taille du local et du nombre de personnes présentes. On compte néanmoins 2 à 3 min de diffusion par heure et par personne.

Suggestion d'utilisation :

les huiles essentielles ont la propriété commune d’être antiseptiques. Diffuser des huiles essentielles, c’est s’assurer de maintenir une atmosphère saine, débarrassée de germes ou microbes, tout en éliminant les mauvaises odeurs. La diffusion d’huiles essentielles participe d’un effort commun pour préserver la planète, en utilisant des matières naturelles, diffusées dans l’air sans l’aide de gazs propulseurs néfastes pour l’environnement.

Chez soi :

  •  Pour couvrir les odeurs de cuisine (préférer les huiles essentielles ou mélanges à base d’agrumes). Pour créer une ambiance d’intérieur personnalisée.
    5 à 10 min par heure, ou 30 min en début de matinée, 30 min en fin d’après-midi.
  • Pendant la cuisson d’aliments.
    Dans les chambres d’enfants pour désodoriser la pièce, pour favoriser le sommeil et la relaxation (jamais en présence de quelqu’un qui dort).
    5 à 10 min au lever et 5 à 10 min avant de se coucher.
  • Dans la chambre d’un malade, pour faire tomber la fièvre, réduire la fatigue et la tension, pour éliminer les germes. 5 à 10 min par heure.

Sur le lieu de travail :

  • Selon le nombre de personnes présentes dans le même bureau ou la même pièce, pour instaurer un climat propice à la concentration. Dans une boutique, pour favoriser des échanges harmonieux entre les clients et les commerçants. Entre 4 et 15 min par heure ou en diffusion continue à débit minimum.
  • Dans un lieu de passage très fréquenté, pour assainir et éliminer les odeurs.
    15 à 30 min par heure

Entretien :  

Concernant les diffuseurs à verrerie :
Pour nettoyer votre verrerie, versez 1 à 2 ml d’alcool à 90° dans la verrerie et faites fonctionner pendant 2 min afin que l’alcool dissolve les taches. Ne pas effectuer la même manipulation avec de l’eau. Le nettoyage de la verrerie avec de l’eau savoneuse n’est possible que lorsque la verrerie est ôtée de la pompe.
Les résidus laissés par les huiles essentielles d’orange ou citron (néroli, bigarade, pamplemousse, tangerine) ne partent pas avec l’alcool. Il suffit pour les éliminer de faire fonctionner le diffuseur avec de l’huile essentielle de lavandin, ou avec notre mélange nettoyeur à base de lavandin et d’alcool.
Au cas où le tube souple reliant la verrerie et la pompe serait difficile à détacher de la verrerie, il est préférable de le détacher au niveau de la pompe.

 Les huiles essentielles renferment des principes actifs qui leur confèrent des propriétés thérapeutiques. Utilisées depuis des millénaires, elles sont actuellement très prisées du grand public. Pour éviter les erreurs, il n'est pas inutile de rappeler les précautions d'emploi et les précautions d'usage.

AccueilAccueil


Newsletter

Pour recevoir toute l’actualité

Liens utiles